Remembering 30 years of Biennale! Marseille 1990

The fifth edition of the Bienniale was held in Marseille and was organized in a moment where the political situation in the town was beginning to be more and more oriented towards the development of cultural activities. The impact of these initiatives is still being felt and the Biennial project had become an integral part of this process.

We interviewed France Irrmann, Responsable du Pôle événements, Espaceculture_Marseille.

EN

Marseille’s edition of the Biennale has been characterised by the involvement of professional curators, which took over the management of the show and exhibitions. How was the impact of this innovation on the Biennale?

The idea that guided the organization of the 1990 Biennale in Marseille was to involve professionals from different artistic disciplines at all stages of the event. Therefore they have been involved in the juries, in the organization of the events (external collaborators have managed exhibitions, fashion shows, performances dcc…) and they were eventually present during the Biennale. Cultural operators, regional artists and external professionals were therefore invited to discover the works of the young artists. It seems that their vision has given coherence to the event, and has allowed artists to showcase their artworks in the best possible way. The most emblematic cultural sites of the city were involved in the performances, according to the different disciplines, and some of them were exceptionally opened, such as CIRVA – International Research Centre on the glass, which is usually closed to the public. In this way, it was possible to truly involve the artistic and cultural milieu of Marseille in the event and the city, even today, has still retained some benefits from it.

FR

La Biennale marseillaise a été caracterisée par l’implication de professionels exterieurs, qui ont pris le controle de la gestion de la manifestation et des expositions. Lequel a été l’effet de cette innovation sur la Biennale?

L’idée qui a guidé l’équipe d’organisation de la Biennale 90 était d’impliquer des professionnels des différentes disciplines artistiques à toutes les étapes de l’événement. Ainsi ont-ils participé aux différents jurys, puis à la préparation des manifestations [des collaborateurs extérieurs ont managé les expositions, le défilé de mode, les spectacles…], enfin ils étaient présents pendant la Biennale. Pour ce qui s’est passé en amont, il s’agissait d’opérateurs et artistes régionaux, des professionnels extérieurs ont ensuite été invités pour découvrir le travail des jeunes créateurs. Il semble que ce regard ait donné une cohérence à l’événement et ait permis aux artistes de présenter leurs œuvres dans les meilleures conditions. Les lieux culturels les plus emblématiques de la ville ont été investis en fonction des disciplines et certains ont été ouverts de manière exceptionnelle comme par exemple le CIRVA – centre international de recherche sur le verre – habituellement fermé au public. Ce mode d’organisation a permis d’impliquer réellement le milieu artistique et culturel de Marseille dans le projet et nous en avons conservé le bénéfice, encore aujourd’hui.

Al_Darawish03Marsiglia90

EN

For this edition the organizers decided to stress the connections between creation and market, inviting many gallery-owners, as well as directors of show halls and festivals. Which was the artist and/or the performance that impressed you the most? And why?

We were a small team, I worked at Biennale press office and I have mainly followed the French and Algerian teams, with whom we sympathized a lot. The fashion show in the courtyard of the Vieille charité has been a great time! Some of the initiatives that were particulary remarkable were the Quotidien de la Biennale, that was distributed in the afternoons and was made of portraits, reports and impressions on the previous day; a dedicated club, where artists could gather in the evening (and night!); the Biennale OFF programme, that involved local artists; the radio station on the Cours d’Estienne d’Orves managed by Radio Grenouille. A lot of different activities that made the Biennale echoing within the city.

FR

Pour cette édition les organisateurs ont décidé de souligner le lien entre création et marché, en invitant bien de propriétaires de galeries d’art et de directeurs de salles d’exposition ou de festivals. Lequel a été l’artiste et/ou la performance qui vous a frappé davantage, et pourquoi?

En fait nous étions une petite équipe, j’étais mobilisée au bureau presse pendant la Biennale et ai essentiellement suivi la sélection française et algérienne avec qui nous avions sympathisé mais le défilé de mode dans la cour de la Vieille charité a été un grand moment ! Parallèlement, des initiatives ont marqué l’événement telles que le Quotidien de la Biennale qui paraissait dans l’après-midi avec ses portraits, compte-rendus et autres impressions sur la journée de la veille, un club dédié pour les after où tout le monde pouvait se retrouver en fin de soirée et une partie de la nuit, la Biennale d’A côté où se sont investis nombre de structures et artistes locaux ou encore le plateau radio sur le Cours d’Estienne d’Orves avec Radio Grenouille. Autant de manières différentes de faire résonner la Biennale dans la ville.

EN

About 600 young artists coming from 30 cities and 8 Countries (Algeria, Cyprus, Spain, France, Italy, Portugal, Tunisia, Yugoslavia) took part to the Biennial. For the first time, the Biennale involved cities of North Africa. Based on that experience, and considering the crucial importance of the Mediterranean, in the actual difficult socio-political scenario, what do you think it could be done to continue in this direction and involve more and more the southern Mediterranean countries?

The involvement of the southern shore of the Mediterranean in the Bjcem was one of the aim of the international cultural policy that the City of Marseille put in place. Indeed, the idea was to build a North-South axis to which the city of Marseille could provide the interface. The fact that the Biennale brought together more than 600 artists from both shores was a beautiful way to show the importance and necessity of such exchange. Since then, although the association has increased its attempts to expand the network throughout the Mediterranean countries, we must recognize that the result is not satisfying. In the last years two Biennali on the Southern shore (Alexandria and Casablanca) have been cancelled and the number of members involved in these territories is insufficient, in particular during a period where the geo-political context and the upheavals in Egypt, Tunisiam Libya and Syria have shown how artists and civil society in these countries really deserve their place in our project and we should have been at their side since the beginning. We therefore have to dismount the mechanism that have prevented the Bjcem network to expand. Otherwise, the purpose of the Biennale in the 21st century would be greatly compromised.

FR

Près de 600 artistes venant de 30 villes et 8 nations (Algerie, Chypre, Espagne, France, Italie, Portugal, Tunisie, Jugoslavie) ont participé à la Biennale. Pour la première fois, la Biennale a impliqué des villes de l’Afrique du Nord. En se fondant sur cette expérience, et considérée l’importance cruciale de la Méditerranée dans le difficile scénario socio-politique d’aujourd’hui, qu’est-ce que vous croyez qu’on pourrait faire pour continuer en cette diréction et impliquer de plus en plus les pays du Sud Méditerranée?

Impliquer la rive Sud de la Méditerranée dans la BJCEM correspondait à la politique culturelle internationale que la Ville de Marseille mettait en place. En effet, il s’agissait de construire un axe Nord Sud dont Marseille pourrait constituer l’interface. Le concrétiser à l’occasion de la Biennale 90 en réunissant 600 artistes des deux rives était une belle manière de prouver l’importance et la nécessité de ces échanges. Depuis, même si l’association a multiplié les tentatives pour développer le réseau sur l’ensemble des pays méditerranéens, il faut reconnaitre que le résultat n’est pas concluant, avec deux biennales avortées sur la rive Sud [Alexandrie et Casablanca] et trop peu de membres associés dans ces territoires alors qu’effectivement le contexte géo-politique et les derniers bouleversements en Egypte, Tunisie, Lybie et Syrie montrent que les artistes et la société civile de ces pays ont toute leur place dans notre projet et que nous aurions dû être à leurs côtés depuis longtemps. A nous de démonter les mécanismes qui ont grippé l’élargissement du réseau BJCEM pour y remédier au plus vite. Sans quoi la raison d’être de la Biennale au 21e siècle en serait fortement altérée.

EN

In 1990, the Biennale spread its activities and performances throughout the city in various locations (Vieille Charité, Centre international de recherce sur le Verre and more). What has been the legacy of the Biennale for the city? Both from the material and immaterial point of view (in terms of cultural awareness of the potential of the city, creation of networks and international relations). Considering also the major transformations of the city of Marseille, which was European Capital of Culture in 2013, do you think it is time to think about a new edition in the city?

In the words of Patrick Ciercoles, director of the Marseille Biennale, which he wrote in occasion of the 20th anniversary, the effects of the Biennale in Marseille have been felt for many years. The fact that after many years we still are in the network, and still involved in this movement, shows how much we are committed in supporting young artists, promoting the internationalization of their works by putting a spotlight on them at regional level. Since 1990, Marseille cultural sector has grown and developed, as it has been showed in particular in the 2013 when the city was appointed european capital of culture. But that is not the end of our path. We promoted the candidacy of Marseille as Biennale hosting city during european capital of culture, along with other french members of the network (School of Art and Design Toulon Provence Méditerranée, Second Nature and PACA Region), but unfortunately the final decision was different. Marseille, and its future as true metropolis, would be able to provide beautiful settings for a new edition of the Biennale: equipments, artistic life, infrastructures: nothing is missing, it is only necessary to convince some sponsors of the need to do so!

FR

En 1990 la Biennale a répandu ses activitées et performances d’un bout à l’autre de la ville en des differents sièges (Vieille Charité, Centre international de recherche sur le Verre etc…). Lequel à été le legs de la Biennale à la ville, d’un point de vue soit materiel soit immateriel ( en termes de consience culturelle des potentialités de la ville, de crèation de networks et de rélations internationales)? Considèrèes aussi les plus importantes transformations de la ville de Marseille, qui en 2013 a été Capitale Europeenne de la Culture, pensez-vous que est arrivè le moment de songer à une nouvelle édition en cette ville?

Comme l’écrivait Patrick Ciercoles, directeur de la Biennale 90 à l’occasion du 20e anniversaire, les effets de l’organisation de l’événement à Marseille se sont fait sentir pendant de nombreuses années. Notre présence dans le réseau encore aujourd’hui participe de ce mouvement et montre notre volonté d’accompagner les jeunes créateurs à l’international tout en mettant un coup de projecteur sur leurs travaux au  niveau régional. Depuis 1990, il est clair que le secteur culturel marseillais s’est structuré et développé, ce qui a permis notamment d’aboutir à l’année 2013, qui ne doit pas constituer cependant une fin en soi. Nous avons défendu l’accueil de la Biennale pendant cette année capitale aux côtés des autres membres français du réseau [Ecole d’art et de design Toulon Provence Méditerranée, Seconde Nature et Région PACA]. Les arbitrages budgétaires des organisateurs de MP2013 en ont décidé autrement. Marseille et sa future métropole sont à même de constituer un très bel écrin pour une édition de Mediterranea – côté équipements, vie artistique, infrastructures : rien ne manque, il suffit de convaincre quelques financeurs de la nécessité de le faire!

EN

Blank space. Feel free to add any considerations you want!

After having participated in many editions, accompanied many artist, organised the so-called “Retours de Biennale à Marseille” (a series of post Biennale events), multimedia workshops within the framework of bilateral cooperation (Marseille-Algiers, Marseille-Alexandria), collected the impressions and opinions of artists, followed their evolution, noticed the involvement of regional professionals in the juries, we can truly say that the Biennale has solid and quality grounds. Of course the context has changed, the dynamics of the art world have evolved, as well as the functioning of public authorities, but the Bjcem, celebrating now its 30th birthday, shows that it is aware of the need to evolve an adapt to the new rules of the game. It is up to us to continue this path and support the Biennale in its continous transformations without losing sight that this is also a great human adventure whose goal is to share with all audiences the dynamics of the young Mediterranean arts, and put the entire territory in touch with contemporary art in all its forms.

FR

Espace vide. Vous etes libre d’ajouter toutes les observations que vous voulez!

Après avoir participé à de nombreuses éditions, y avoir accompagné nombre d’artistes, organisé des Retours de Biennale à Marseille, des workshops multimédia dans le cadre de coopération bilaterale [marseille-Alger, ou Marseille-Alexandrie], recueilli les impressions et avis des artistes, suivi leur évolution, constaté l’implication des professionnels de la région dans les jurys et l’accueil des productions, le bien-fondé de le Biennale est toujours une évidence. Certes le contexte a beaucoup changé, les dynamiques du monde artistique ont beaucoup évolué, le fonctionnement des collectivités publiques également mais la BJCEM témoigne, en fêtant ses 30 ans qu’elle est conscience de la nécessité d’évoluer et de s’adapter à de nouvelles règles du jeu. A nous de persister dans cette voie et d’aider la Biennale à poursuivre sa mutation sans perdre de vue qu’il s’agit aussi d’une formidable aventure humaine dont le but est de partager avec tout type de public la dynamique de la jeune création méditerranéenne et de mettre l’ensemble d’un territoire en résonnance avec l’art contemporain sous toutes ses formes.

 

France Irrmann,

Responsable du Pôle événements, Espaceculture_Marseille

 

Opérateur culturel pluri-disciplinaire dont l’activité est très liée à la zone euro-méditerranéenne, France Irrmann, née en 1965, diplomée en psychologie sociale et en Nouvelles technologies de l’information et de la Communication, [Master 2, Aix-Marseille Université], a effectué toute sa carrière au sein d’Espaceculture_Marseille, association conventionnée avec la Ville de Marseille et la Région PACA : responsable de la communication [jusqu’en 2000] puis des Echanges culturels internationaux [jusqu’en 2002] et enfin du Pôle événements depuis. Elle suit particulièrement deux opérations : les Rencontres d’Averroès « penser la Méditerranée des deux rives » qui existent depuis 1994 et la participation d’artistes régionaux à la Biennale des Jeunes Créateurs d’Europe et de la Méditerranée. En septembre 90, elle effectuait un stage au service communication-presse de l’Office de la Culture de Marseille, organisateur de la Biennale 90 et c’est à ce titre qu’elle a suivi l’événement avant d’être embauchée par la structure.

www.rencontresaverroes.net / www.bjcem.net

 

BJCEM is supported by: